Notre environnement est entouré d’énergie gratuite qui n’attendent qu’à être utilisée. La pompe à chaleur profite de cette énergie pour le chauffage interne d’une pièce ou d’un habitat, mais également pour chauffer l’eau. Cet appareil est de plus en plus favorisé, car son impact sur l’environnement est beaucoup moindre qu’un appareil classique de chauffage. L’état et les organisations comme l’ADEME, sollicite ainsi les ménages à utiliser la pompe à chaleur pour leur besoin. La pompe à chaleur existe en plusieurs catégories, pour ceux qui vont s’acheter une pompe à chaleur, voilà ce qu’il faut retenir de cet appareil.

La pompe à chaleur, c’est quoi ?

La pompe à chaleur, est un appareil électrique qui pompe l’air intérieur, et plus précisément les calories, afin, de les transformer en une chaleur encore plus importante. C’est un appareil imposant qui contient plusieurs systèmes et processus. Ainsi, ce système est possible avec l’utilisation de fluide frigorigène, mais également de condensateur de compresseur et d’évaporateur. Elle existe en plusieurs catégories, pompe à chaleur air-air ou air-eau, mais le principe reste le même celui de capter la chaleur ambiante. La pompe à chaleur peut s’utiliser en tout temps, même dans des environnements où il fait froid.

Les différentes pompes à chaleur

La pompe à chaleur pompe l’air chaud d’un élément, l’air ou l’eau, mais également le sol. On catégorise donc les différents types de pompe à chaleur via leurs sources.

  • La pompe aérothermique, c’est une pompe qui tire la chaleur de l’air extérieur. Elles sont soit air-air soit air-eau. C’est une unité extérieure qui se charge de remplir ce rôle. Via des tuyaux la chaleur obtenue va ainsi dans l’unité intérieure où le processus de chauffage du liquide réfrigérant peut commencer. L’air est rejeté via des ventilo-conveteurs dans la maison. Cette pompe à chaleur peut être réversible, c’est-à-dire au lieu de chauffer la pièce, elle envoie de l’air frais. Cette pompe à chaleur est a plus facile à installer, qu’il s’agit d’une nouvelle construction ou pour un changement d’appareil de chauffage.
  • La pompe à chaleur hydraulique, elle tire l’énergie nécessaire à son fonctionnement dans l’eau. Le plus souvent, l’eau provient des nappes phréatiques et les cours d’eau. Ce type de pompe à chaleur, demande des travaux spéciaux, car il faudra installer créer des puits de forage jusqu’à 5 mètres et plus. L’avantage de cette pompe est que vous pouvez bénéficier d’une source continue sans grande variation de température d’un air frais et chaud.
  • La pompe à chaleur géothermique, c’est la PAC sol/eau ou sol/air. Ce type de pompe tire son énergie de la chaleur du sol. Son grand avantage, c’est que le sol reste constamment chaud à une certaine profondeur, vous pouvez donc profiter de votre pompe à chaleur même en temps d’hiver. La capture de l’énergie se fait soit par des capteurs horizontaux soit par des sondes qui sont plantées à une certaine profondeur (3 mètres et plus)

Les avantages et désavantages de ces types de pompes à chaleur (PAC)

La pompe à chaleur apporte un lot d’avantages et de désavantages. Les avantages sont toutefois plus nombreux si on la compare aux autres solutions de chauffage classique. Selon leur catégorie, les avantages et désavantages peuvent être différents, d’un point de vue financier, mais également d’un point de vue de performance, chaque PAC peut avoir ses côtés négatifs et positifs.

  • La pompe à chaleur air-air, ce type de pompe tire son énergie de l’air. Son principal avantage est d’être la moins chère de sa catégorie, compter au minium 3 000 €. D’un point de vue technique, elle est également très facile à monter et ne nécessite pas de grands travaux. Son principal désavantage, est qu’elle n’est pas en mesure de remplir son rôle dans les régions où il fait très froid 7° C, on l’accompagne le plus souvent d’une solution hybride, par le gaz ou l’électricité. Son coefficient de performance est de l’ordre de 3. Elle n’est pas concernée également par le crédit d’impôt.
  • La pompe à chaleur eau-eau, elle tire son énergie des sources d’eau, c’est-à-dire une énergie plus ou moins infinie. Mais encore faut-il trouver le point d’eau, il faudra ainsi réaliser des travaux assez conséquent pour trouver un point ou une nappe phréatique. Le grand avantage est que l‘eau est disponible toute l’année, donc son coefficient de performance est élevé. Le second désavantage est son coût, qui est relativement cher 8 000 € à 14 000 €. Vous bénéficiez toutefois, d’avantages fiscaux avec une TVA à 5,5 %, mais également de prêts à taux zéro.
  • La pompe à chaleur sol/air. Tout comme la PAC à eau, il faut disposer d’un terrain assez grand pour permettre l’installation des capteurs, dans le cas des capteurs horizontaux. Les travaux à prévoir sont ainsi assez importants et il vous faudra demander les autorisations à votre mairie. Le principal avantage de cet appareil, est son taux de performance qui est élevé, car le sol demeure chaud toute l’année. Son coût est également très cher, il va de 8 000 € à 25 000 €.

Les solutions hybrides en matière de pompe à chaleur

Les pompes à chaleur sont efficaces dans les meilleures conditions, on parlera alors de taux de performance. Toutefois, dans certaines conditions, les PAC sont d’aucune utilité, ce sont les conditions où l fait très froid par exemple ou quand l’eau est glacée pour les PAC eau/eau et eau/sol. Pour faire face à ces taux de performance très bas, il existe les PAC hybride. Ce type de pompe, apporte ainsi une solution de secours si la pompe n’est pas en mesure de remplir son rôle. Cela peut être des PAC hybride avec gaz, ou des PAC hybride fonctionnant à l’électricité.